Accueil du site > Flâner > VIV(R)E LA VIE ! Symphonie underground Le cinéma de Gonzalo García (...)

VIV(R)E LA VIE ! Symphonie underground Le cinéma de Gonzalo García Pelayo Flâner

Le cycle Viv(r)e la Vie ! Symphonie underground" présente l´œuvre du cinéaste espagnol Gonzalo García Pelayo pour la première fois en France jusqu’ au 6 AVRIL 2014 AU JEUX DE PAUME

L’œuvre fulgurante du cinéaste espagnol Gonzalo García Pelayo pourrait être le chaînon manquant entre Luis Buñuel et Pedro Almodóvar. Elle sera présentée pour la première fois en France du 18 mars au 6 avril 2014 au Jeu de Paume. À l’occasion du cycle "VIV(R)E LA VIE ! Symphonie underground. Le cinéma de Gonzalo García Pelayo", le Jeu de Paume invite le public à un week-end spécial flamenco – avant-premières, table-ronde et concert –, ainsi qu’à un week-end autour des cinéastes Paulino Viota et Gonzalo García Pelayo. Dans le contexte de l’Andalousie de la transition démocratique et des nouvelles perspectives qui s’ouvrent aux Espagnols après de longues années de dictature sous Franco, Gonzalo García Pelayo filme la vie qui renaît, le désir, le sexe, le goût pour l’excès et le nouveau. De ce besoin impérieux de capturer une réalité susceptible de s’évanouir, naît son oeuvre : à travers des personnages locaux singuliers (parfois cachés) filmés pour la première fois, les rues de la Séville des années 1970, les levers de soleil sur les champs andalous, la poussière du chemin vers El Rocío…, le cinéaste se découvre anthropologue et fabuliste, fasciné par cette région et ces habitants.

À cet enthousiasme ne pouvait correspondre qu’une pratique filmique libre et irrévérencieuse, esquivant les formes préétablies. La grammaire cinématographique traditionnelle est subvertie et les frontières entre les genres dépassées au profit de l’expérimentation formelle, tout particulièrement dans le dialogue entre son, texte et image. Le cinéaste orchestre une véritable symphonie : la bande-son, mélange de chanson d’auteur, de rock et de flamenco, dirige cette orgie de sens et de formes, de paroles volatiles et de mots figés sur le papier ou sur l’écran. Chaque film est un exercice "d’essai-erreur", où le tournage et ses imprévus acquièrent la même importance que le montage et le doublage…SUITE