Accueil du site > Djemilove > Un dernier Coucou à Milos Forman ! Arte lui rend hommage en diffusant “Vol (...)

Un dernier Coucou à Milos Forman ! Arte lui rend hommage en diffusant “Vol au dessus d’un nid de coucou” Djemilove

  • Milos Forman, le réalisateur de Vol au-dessus d’un nid de coucou, s’est éteint ce vendredi à l’âge de 86 ans.

Récompensé à deux reprises par l’Oscar du meilleur réalisateur, le cinéaste tchèque s’était fait connaître dans les années 60 pour son engagement contestataire contre le régime communiste. D’origine Tchèque, il s’était exilé aux USA avant l’envahissement de Prague par les chars russes en 1968. Naturalisé citoyen américain en 77, il tournera deux ans avant Vol au - dessus d’un nid de coucou , couronné de six Golden Globes et de cinq oscars, dont celui de meilleur acteur pour Jack Nicholson. Il est également connu pour son fameux Amadeus ( 1984) et le Valmont ( 1989) sans rivaliser toutefois avec le chef-d’œuvre de Stephen Frears , l’inégalable Les Liaisons dangereuses, sorti quelques mois auparavant.

Film choc et devenu culte pour notre génération qui avait lu Histoire de la folie à l’âge classique (1961) de Michel Foucault et Surveiller et punir ( 1975) du même auteur , Vol au - dessus d’un nid de coucou sortit en salle la même année que le dernier ouvrage cité. Nous pénétrions pour la première fois caméra à la main dans les arcanes objectives, sans complaisance larmoyante dans le monde de la démence et de ses patients que l’on dissimulait dans de sordides officines où l’on pratiquait la psychologie « behaviouriste » ( comportementaliste) naissante après que l’inspirateur du film, le romancier Ken Kesey a publié le roman One flow over a cuckoo’s nest en 1962 ( cuckoo signifiant « coucou » et « dingue « en argot). Ce dernier avait pu observer au célèbre hôpital de Palo Alto, les méthodes de soins appliquées aux vétérans de la guerre et dont l’ultime remède pour les récalcitrants à l’ordre rationnel et aux parapets du conformisme social, se soldait par une barbare lobotomie.

Soutenu par le magistral Jack Nicholson, l’homme au regard hypnotique, dont on peut douter qu’il ait dû forcer son talent dans le rôle de l’impertinent Randall Patrick Mac Murphy, violeur supposé qui choisit de rentrer à « l’asile », se faisant passer pour fou pour purger sa peine substitutive de prison. Le fantasque patient qui arbore fièrement et symboliquement son bonnet de marin-pêcheur comme un appel au grand large, s’allie très vite à ses camarades de captivité médicalisée et tout particulièrement se fait le complice du géant, charismatique et mutique chef indien « Bromden » ( Will Sampson) pour mener une insurrection dans l’institution psychiatrique , dirigée par la main de fer de la célèbre , odieuse et irascible infirmière « psy « en chef, Miss Blanchet, exceptionnelle prestation de l’actrice Louise Fletcher.

J’étais loin de m’imaginer dans ma juvénile naïveté et naissante notoriété qu’en posant avec Jack Nicholson en couverture d’un visionnaire numéro du magazine Façade paru en 1978, je côtoyais sans le savoir cet acteur génial que le cinéma a mythifié depuis.

Jack Nicholsonet Djemila Khelfa/ DjemiLove

Nous sommes orphelins aujourd’hui d’un grand cinéaste qui a su porter sur la pathologie mentale un regard - et du coup changer le nôtre - à la fois hilarant, compassionnel et tragique . A l’heure où notre monde semble marcher sur la tête en proie à l’aliénation de terroristes « fous de Dieu » ou à celle de dirigeants régressifs et infantiles prêts à en découdre et faire exploser la planète pour des querelles de bacs à sable , la rediffusion de Vol au - dessus d’un nid de coucou sur Arte ce dimanche 15 avril à 20h55 est salutaire pour l’humanisme agonisant

SUR LE MÊME THÈME

En hommage à Miloš Forman, l’insurgé moraliste, Arte déprogramme sa soirée du dimanche et complète la rediffusion de Vol au dessus d’un nid de coucou par un documentaire passionnant consacré au film et et à son réalisateur...déjà visible en ligne.