Accueil du site > Djemilove > Saint Laurent est de retour

Saint Laurent est de retour Djemilove

Hedi Slimane revient chez Saint Laurent en maître des éléments. Une mécanique infernale ouvre le ciel, le plafond noir se range lentement sur les murs, l’horizon se verticalise pour laisser descendre une lumière crue qu’accompagne la fureur des Daft Punk. Ce tonnerre mécanique annonce une femme aux couleurs de la nuit. C’est ça la collection Saint Laurent. La rencontre d’une femme. Elle a de Garbo ce grand stetson qui tire vers la capeline, de Talitha Getty le souvenir fragile de Marrakech, d’Angelica Huston, de Verouchka et de Marisa Berenson l’énergie des beautés d’avant crise. Le noir domine d’abord. Les robes sont longues, la saharienne et tout le vestiaire Saint Laurent se déclinent en couleurs de terre : la glaise, le cuivre et l’or se conjugent en tressage de cuir sur un manteau, en robe saharienne de daim et en sautoirs porte amulette. Even cowgirls get the blues ont l’air de fredonner ces néo-hippies en mousseline qui passent en vagues d’émotion : la salle est saisie. Les plus pudiques ont la poitrine cachée sous un large jabot noué de soie, les autres, décolletées jusqu’à la taille, portent de lourds bijoux pour cacher leur nombril. Elles sont des dizaines et c’est pourtant toujours la même, nonchalante et mystérieuse, qui soudain s’ouvre à la couleur : le rouge est monochrome, transparent et sucré, le vert et le bleu se marient sous le signe du jardin Majorelle, des nuances moirées d’émeraude et de rubis éclairent un noir profond. Les pantalons cigarette, les vestes courtes et les blouses transparentes complètent un vestiaire où l’androgynie affleure sans jamais militer. On est touché par tant de grâce. Le show, bien sûr, était aussi dans la salle, avant et après. Betty Catroux en transe, Valérie Trierweiler très sage et Pierre Bergé, à qui la collection était dédiée et qui était venu avec tout le pack Saint Laurent, faisaient face à François-Henri Pinault et Salma Hayek entourés d’une belle brochette rock où l’on reconnaissait Kate Moss, Louis Garrel, Vivienne Westwood, Etienne Daho et Colette. Marc Jacobs, Albert Elbaz et Azedine Alaia étaient là eux aussi. Après la collection, backstage, les admiratrices voulaient tout porter sans attendre, tandis que miss Menkes et Loic Prigent travaillaient encore.

Thomas Doustaly