Accueil du site > Grignoter > Oxymore architectural...

Oxymore architectural... Grignoter

Il s’agit presque d’un viol ! La vieille dame digne qu’est l’Opéra Garnier était sortie indemne de tous les liftings. Mais implanter un restaurant ultra design dans ses respectables entrailles semblait tenir de la gageure. Défi relevé par Odile Decq et son équipe. Le carmin (le même que celui du vernis « laque n° 34 d’YSL ») des tapis et sièges a pour heureux contrepoint l’immaculée blancheur des tables et de la coque de la mezzanine. Mezzanine agressive avec son allure de pont suspendu qui se contorsionne en sinuosités façon danseuse orientale. D’immenses baies vitrées donnent sur de très pures façades haussmaniennes. La carte est un tantinet chochoteuse dans ses énoncés. Cependant, on y trouve des valeurs sûres : le patta negra espagnol, le roi des jambons, avec de la polenta ; une truite fumée accompagnée de ravioles, etc. Le général Christian Lacroix et le cow-boy antédiluvien Eddy Mitchell viennent ici se régaler.