Accueil du site > Grignoter > LA MARGUERITE, fleur de la nippon connection

LA MARGUERITE, fleur de la nippon connection Grignoter

Comme la guinguette a repeint ses volets, La Marguerite a rouvert sa terrasse. Quelques vétérans des années 90 se souviennent de ce restaurant des Halles et de la chaude ambiance de ses dîners post-défilés. Et bien, rien à voir. Lifting total. Nouveau patron, Arnaud Bradol. Nouveau chef, le japonais Goya. Et comme les chefs français font désormais un passage obligé par le Japon, les chefs japonais cuisinent dorénavant dans des restaurants français d’excellente tenue. A La Marguerite, le produit est roi, les pièces de viande sont taillées dans le sens de la mâche, la lotte et le bar frétillent encore. On serait bien en peine de détecter dans cette cuisine rigoureuse un exotisme tapageur, mais il y a dans le consommé de petits pois une pincée magique de poivre de Séchouan, le carpaccio de veau est relevé de yuzu . Et Goya, formé par Alain Senderens, revendique le sésame blanc, le wasabi, le bouillon de bonite comme des ingrédients de choix, qui donnent mystère et titillement à des plats traditionnels. Il ne faut surtout pas rater la carte des vins, d’abord parce qu’ils sont excellents, mais aussi parce que l’objet lui même, entre I Pad et réminiscence 1930, résume à merveille l’esthétique contemporaine du décor. La Marguerite. 49 rue Berger. 75001 Paris 01 40 28 00 00 www.alamarguerite.com