Accueil du site > Feuilleter > Iris et prunelle...

Iris et prunelle... Feuilleter

Zieux bleus et Zieux Marrons sont dans un bateau. Les vivres viennent à manquer, qu’est ce qui reste ? Plouf, Zieux bleus vient de faire le plongeon. Zieux bleus et Zieux Marrons sont sur un ring. Qui se fait éclater l’arcade ? Encore ce pauvre Zieux bleus. A moins que, comme nous le rappelle Nicolas Guéguen, enseignant-chercheur à L’Université de Bretagne-Sud (Vannes) dont les conclusions ont été publiées dans un article de l’excellent bimestriel Cerveau et Psycho notre ami clair de l’iris n’ait pris soin d’anticiper et d’analyser ces situations. Il nous apprend que les beaux ténébreux aux yeux sombres n’en sont pas…Leur caractère est en effet plus instinctif, plus propice à l’action qu’à l’analyse et à l’introspection, ce qui ferait d’eux des individus dominants, autoritaires, instinctifs. Leurs congénères aux yeux clairs sont quant à eux plus doués pour les activités nécessitant réflexion, recul, questionnement intime mais du coup, ils seraient plus soumis, davantage exposés au stress, aux inhibitions et, par voie de conséquence, plus facilement accros aux produits modifiant le comportement, ont le gosier en pente et portent haut leur libido. Le chercheur breton s’appuie entre autres sur des études et expériences de laboratoires américains de psychologie comportementale pour avancer qu’une corrélation effective existe entre deux bonnes vieilles hormones, Cortisol et Noradrénaline, et la couleur de l’iris. La cause serait donc de nature biologique. Toutefois, cette hypothèse aurait un talon d’Achille : les filles échappent à cette règle déterministe. L’éducation entre en ligne de compte dans les processus d’inhibitions. Suivons la conversation des demoiselles aux yeux sombres. On peut parier qu’on arriverait vite dans le domaine de l’intimité rapprochée... contrairement à leurs homologues aux yeux d’azur… Mais comme dit le Poète, « les fenêtres de l’âme » ont un effet sur le monde et l’entourage et constituent pour les femmes le 2éme critère de séduction et de sélection d’un homme, après les mains ; les hommes accordant une prévalence à d’autres critères plus charnels !