Accueil du site > Djemilove > Alan VEGA au couvent des Bernardins : au nom du père et du fils (...)

Alan VEGA au couvent des Bernardins : au nom du père et du fils ! Djemilove

Alan Vega - Dante Vega

Le concert donné jeudi 28 mars 2013 sous la Nef du couvent des Bernardins ressemble davantage à un cérémonial sacré de passation de pouvoir entre un mythe vivant, Alan Vega - né à Brooklin en 1938, fondateur dans les années 70 du groupe Suicide, groupe précurseur de la scène pré-électro avec son fidèle serviteur Martin Rev - et son jeune fils de 13 ans, Dante , dauphin consacré de son père dans les cercles de l’enfer du rockbilly haché post industriel avant l’heure, tour à tour hurlant, douceureux, éructant , vociférant au rythme du son expérimental de son désormais compagnon scénique, le performeur et plasticien , le français Marc Hurtado, sous les auspices bienveillantes de sa mère, épouse du monstre sacré, Lyz Lamere, la bien nommée…

Set d’une heure, happening serait plus approprié, ou s’enchaîneront des morceaux issus du duo expérimental et des albums coécrits avec le fondateur d’Etant donnés, avec lequel Alan Vega collabore depuis 1999 : Re-up jusqu’au récent Sniper (2010) égrènent ballades retro-futuristes ( « Ghost rider », « Fear ») et chaos bruitistes ou encore lamento lyriques en duo avec son tutélaire géniteur (« Dream Baby Dream ») susurrés par ce jeune garçon au visage d’ange luciférien.

Sous le regard admiratif et aimant de son père anatomique et spirituel visiblement affaibli par une blessure meurtrière à la tête lors d’une rixe au couteau à New York en 2011, et ses injonctions enthousiastes à prendre le micro à sa place alors qu’il veille sur lui du fond de son trône, un fauteuil d’empereur installé sur scène, rouge de sa démesure, le digne descendant du monarque suivait à la lettre les encouragements signifiés par la canne qu’il porte comme une sceptre. Il prit les commandes d’un concert pour finir par lui ravir la vedette sous les yeux médusés du public, là encore, surpris par l’artiste protéiforme qu’il a toujours incarné au long de ces 40 années de carrière, en duo ou solo. Alan Vega - Dante Vega, la relève de l’empire pré-electro–post punk est assurée par un chérubin baptisé sous les ogives sacrées du couvent des Bernardins !