Accueil du site > Djemilove > Abderrahmane Sissako, 7 Césars pour « Timbuktu » : « Il fallait raconter la (...)

Abderrahmane Sissako, 7 Césars pour « Timbuktu » : « Il fallait raconter la barbarie » Djemilove

© PHOTO AFP BERTRAND GUAY

Meilleur film, meilleure réalisation, meilleur scénario, meilleur montage... " Timbuktu " d’Abderrahmane Sissako, a triomphé vendredi soir à la 40e cérémonie des César. Au total, le film franco-mauritanien a reçu sept prix.

"La France est un pays magnifique, parce qu’elle est capable de se dresser contre l’horreur, contre la violence, l’obscurantisme", a dit Abderrahmane Sissako, en référence aux immenses manifestations dans le pays qui ont suivi les attentats du 7 au 9 janvier à Paris.

Huit nominations "Il n’y a pas de choc des civilisations, ça n’existe pas. Il y a une rencontre des civilisations", a ajouté celui qui est devenu le premier cinéaste d’Afrique noire à recevoir le César du meilleur réalisateur. "Il faut croire que l’Humanité est capable d’un sursaut" face à l’horreur, a-t-il encore dit devant la presse. "Le cinéma joue son rôle dans ce ce sursaut là et c’est merveilleux".

"Timbuktu", éclairage sur l’extrémisme qui trouve une résonance politique particulière dans l’actualité, est également en course pour l’Oscar du meilleur film étranger décerné dimanche.

Célébrant la tolérance face à l’obscurantisme, le film est inspiré de faits réels : le nord du Mali est bien tombé en 2012 sous la coupe de groupes jihadistes liés à Al-Qaïda, qui en ont été chassés en grande partie par l’opération militaire "Serval", à l’initiative de la France.

Timbuktu d’ Abderrahmane Sissako