Accueil du site > People’tte

"Azzedine Alaïa : "Je suis Couturier", l’exposition hommage à voir dans son temple.- jusqu’au 10 juin 2018- 18 rue de la Verrerie 75004 Paris.. People’tte

Le génie d’Azzedine Alaïa disparu le 18 novembre 2017, s’expose au sein de son atelier et de sa galerie d’art devenu son temple du 4ème arrondissement de Paris dès aujourd’hui. Orchestrée par Olivier Saillard, cette exposition met en lumière les pièces les plus emblématiques du génie créateur, qui sera également à l’honneur du Design Museum de Londres qui, dès le mois de mai 2018, accueillera l’exposition "Azzedine Alaïa, The Couturier". C’est Azzedine lui-même qui a choisi les 60 pièces couture exposées. Azzedine Alaïa :Je suis Couturier - jusqu’au 10 juin 2018 18 rue de la Verrerie 75004 Paris

Du 10 mai au 7 octobre 2018, Azzedine Alaïa : The Couturier dévoilera une soixantaine de silhouettes choisies avec soin par le maître avant son décès. Curatée en partie par le créateur lui-même, cette exposition promet de mettre en scène des pièces plus qu’intimes et chargées d’histoire. C’est à même la peau de ses mannequins qu’il sculptait ses robes aujourd’hui pièces de collection. Travaillant les tissus les plus luxueux, Azzedine Alaïa mêlait aussi son savoir-faire précieux aux matières innovantes et aux techniques modernes.

Azzedine Alaïa : The Couturier – du 10 mai au 7 octobre 2018 Design Museum - 224-238 Kensington High St, Kensington, Londres

Azzedine Alaïa : Je suis Couturier - jusqu’au 10 juin 2018 18 rue de la Verrerie 75004 Paris

Madonna : carrière en cul de sac ! People’tte

Au 57 ème Grammy Awards de la musique à Los Angeles, Madonna a amené son vieil instrument déjà éculé du temps des anciens Grecs ! DjemiLove

Requiem pour une clope. People’tte

Entre les doigts de Brando, une cibiche nommée Désir...

Au temps de sa splendeur, elle faisait un tabac ! Rien n’était trop beau pour elle ! Américaine, anglaise, égyptienne ou turque, la grande Lulu, reine du bastringue de Pigalle la coinçait dans sa lippe tout comme Audrey Hepburn la portait au bout de son fume cigarette. Dans les bars et hôtels étoilés, elle était l’étoile du ballet de la séduction. A Lemmy Caution, elle servait de caution pour la liturgie de la drague aux "pépées". " Avez vous du feu ?", "Voulez vous du feu ?", "Où ça ?", "Partout !". En 2014, on dit "feue la cigarette ", elle s’est éteinte sur le trottoir !

"Je ne suis pas noir, je suis O. J.!" :O. J. Simpson : Made in America (1/5) ARTE People’tte

O. J. Simpson : Made in America (1/5) sur ARTE

Vingt ans après le procès-fleuve d’O. J. Simpson et son acquittement spectaculaire, cette fresque documentaire magistrale met à nu le destin d’une star déchue qui a cristallisé les démons de l’Amérique, et en premier lieu la question raciale. Premier volet. 1. "Je ne suis pas noir, je suis O. J." En 1967, un jeune athlète noir affamé de gloire devient la star de l’université USC de Los Angeles grâce à sa capacité hors norme à percer les lignes ennemies sur un terrain de football américain. L’année suivante, trois ans après les émeutes du quartier de Watts, qui ont ravagé la ville et secoué l’Amérique, un nombre croissant de sportifs afro-américains mettent en danger leur carrière pour s’engager dans le combat en faveur des droits civiques. Mais ce prodige aux allures de gendre idéal s’en tient prudemment à distance, pour devenir le chouchou d’une Amérique blanche pourtant encore ouvertement raciste. "Je ne suis pas noir, je suis O. J.", résume-t-il. À la fin des années 1970, quand il prend une retraite précoce après plusieurs années de records au sein de l’équipe de Buffalo, O. J. Simpson, alias "The Juice", semble une parfaite incarnation du rêve américain. Devenu célébrissime, notamment grâce à des spots publicitaires pour les voitures de location Hertz qui ont décuplé sa renommée sportive, il entame une carrière de comédien et emménage à Brentwood, un quartier huppé de Los Angeles avec sa nouvelle compagne : une toute jeune femme blonde nommée Nicole Brown. Réalisation :Ezra Edelman sur ARTE

0 | 4 | 8 | 12 | 16 | 20 | 24 | 28 | 32 | ...

Lors du Gala officiel pré-Grammy, Rihanna porte une robe de satin de soie collection Couture Eté 2014 d’Alexandre Vauthier

Jimmy Nelson photographe

CARA DELEVINGNE à la mode

Lucas, footeux pacifique Lucas 18 ans et toutes ses dents ! Son quartier général : le stade Charléty . Footeux fanatique mais pacifique, il étudie le journalisme et sa plume va courir après le ballon. Son encre, il entend bien la verser sur tous les champs d’honneur du sport ! A STUDEC TV, on le prépare aussi au rôle de présentateur TV. Avec son jeans très James Dean et sa mine argentine, il crèvera l’écran et les cœurs !

Marie Laure de Decker

Marie Laure de Decker, oeil du demi siècle. Depuis 1972, Marie Laure parcourt la planète pour en fixer les évènements majeurs. Reporter-photographe de renom, collaboratrice de l’agence Gamma, elle parcourt le monde et témoigne en faveur des artistes. Conflits et rencontres au XXe siècle, rien n’a échappé à son objectif. Proche des artistes, elle a réalisé de très nombreux portraits : Gilles Deleuze, Pierre- Jean Jouve, Patrick Modiano, Gabriel Garcia-Marquez, Satyajit Ray, Marguerite Duras, Marguerite Yourcenar, Jacques Prévert, Orson Welles etc ...

Pascal Humbert

©Djemilove Nouvelle Affaire, 5 rue Debelleyme 75003 Paris +33 1 44 61 27 70 Victoire de Castellane