Accueil du site > People’tte

Le Pan poétique des muses Revue féministe, internationale et multilingue de poésie entre théories & pratiques People’tte

© Crédit photo : Djemila Khelfa avec Edgar Morin et Alain Touraine

à l’occasion d’un hommage à Jean Baudrillard, photographie fournie par Mustapha Saha       Une photographie peut dire plus qu’une thèse emphatique. Quand deux dinosaures de l’intellection contemporaine, Edgar Morin et Alain Touraine, encadrent Djemila Khelfa, leur muse providentielle, figure inébranlable de la contre-culture, la saugrenuité séductive s’inscrit, avec bonheur, dans l’apagogie détonante de Jean Baudrillard, incurable trouble-fête soixante-huitard, analyste inclassable de la dérive consumériste, de la manipulation mercantile des signes, de l’aliénation symbolique, débusqueur fracassant des insignifiances sous fausses cohérences, traqueur agaçant des réalités illusoires, des virtualités collusoires, des certitudes provisoires. Deux penseurs du chaos dans le chaos de la pensée trouvent leur égérie dans l’esthétique transgression de la platitude ambiante. L’icône des marginalités insolentes, démystificatrice des officines institutionnelles, inspire paradoxalement les audaces théoriques d’universitaires établis.   L’infernale chérubine de la Bande des Halles, prêtresse incorruptible de salutaires extravagances, illumine l’autorité mandarinale d’étincelles fascinatoires. Djemila Khelfa, indémodable prophétesse des années punk, discrète pythonisse des temps numériques, liquidatrice des références reconnaissables, métamorphose son corps et son être en œuvre artistique. Tantôt sirène imprévisible se coulant dans la simulation comme poisson dans l’eau, tantôt tigresse lacéreuse des coursives, coup de pied dans la fourmilière en guise d’attitude. Le magazine Façade fructifie sa silhouette atypique. Andy Wahrol la consacre « parfaitement graphique ». La parodie se grime de tenue provocatrice. Les enfants terribles de la haute couture, Thierry Mugler, Adeline André, Olivier Guillemin, en première ligne, se précipitent. Puisque la tyrannie médiatique lamine le vivant dans ses représentations fallacieuses, la caricature se tourne et se retourne comme un gant de velours. Il ne reste pour être visible que le jeu des apparences. Dada revient par la fenêtre. Esthétique minimale et goguenardise sismale. Les cinéastes underground tournent leurs films sur macadam étoilé de lueurs obscures, dans les entrailles parisiennes et les ruelles serpentines, les cours nébuleuses et les garçonnières clandestines. Le décor ironique orchestre le challenge frénétique. L’image se fragmente dans la pénombre. Pierre et Gilles mythifient les grimaces. L’authenticité se dissout dans la chimère affective. La gloire s’acquiert et se perd sur un coup de dé. La séduction se fonde sur le principe d’incertitude. L’amour n’est qu’un code informatique. Le charme robotique de la technocratie régnante se décale dans le fantasme numérique. Le marketing culturel soigne les vitrines. En ces temps où la nullité se proclame et se revendique comme label de postmodernisme, Djemila Kelfa, posture imperturbablement féline, imperméable aux fluctuations fashioniques, garde intacts son profil incomparable, sans griffe identifiable, et son impact énigmatique.   Drôle de compagnie. Deux monstres canonisés de la sociologie flanqués d’une contestataire génétique. La pensée bloquée prend la tangente. Jean Baudrillard jaillit de son sarcophage. Le philosophe maudit quitte définitivement les sentiers battus de la validation académique, de l’homologation scientifique, renoue avec notre utopisme nanterrois hors militantisme stérilisateur, pour se lancer à corps perdu dans la photographie. « L’écriture de la lumière » capte au vol le monde rhizomique en perpétuelle transfiguration kaléidoscopique. Le poète incompris se convertit en chasseur d’images sans lâcher sa plume, entame ses périples fous aux quatre coins de la planète, découvre dans les étendues américaines, où « les ordures mêmes sont propres, le trafic lubrifié, la circulation pacifiée », des déserts vidés de désir, des conforts écurés d’espérance, des prospérités gavés d’ignorance. Gigantesque parc d’attractions où l’architecture reproduit à grande échelle le décorum hollywoodien, où les faux-semblants se déclinent en couleurs primaires sur panneaux publicitaires, où l’image sociale se réduit au gros cigare des commanditaires. Le simulacre dans toute sa splendeur. L’humain chosifié par sa totémisation des objets de consommation. La société atomisée par l’omnipuissante technostructure. Les apparitions foudroyantes de Djemila Khelfa retentissent comme des diffractions visuelles en résonance avec les axiomatiques badrillardiennes. Plusieurs plasticiens soulignent, dans leurs épures rouges et noires, la part d’ombre stylée sur fond translucide, l’ambivalence déroutante sous lumières lactescentes, les cambrures suggestives sur lignes fuyantes. La fin des illusions, symptomatique de la désintégration des valeurs dites universelles, des schèmes occidentaux en décrépitude, se formule comme une illusion de la fin, une explication apocalyptique des crises en chaîne, un tri-millénarisme cataclysmique. Le présent s’efface au fur et à mesure qu’il advient dans ses accroches sémiotiques. Les signes explosent en feu d’artifice abolissant instantanément leurs propres traces. Il ne s’agit même plus d’éternel retour nietzschéen. La réversibilité, ultime tentative de s’accrocher à une raison d’exister, bute sur la disparition des origines. La preuve s’annihile dans l’épreuve de l’égarement. Les événements se centrifugent, se vaporisent et se volatilisent. Le passé se démantèle faute de se projeter dans un devenir. L’horizon se dissipe dans la transfinitude. La mémoire artificielle engloutit toutes les mémoires mémorisables. L’histoire tourne en roue libre. Les intellectuels, outillés de postulats obsolètes, constatent, impuissants, les circonvolutions sans fin. Les technocrates, incapables de remettre les compteurs à zéro, comptabilisent les déficits. L’angoisse communicative puise son sens dans le non-sens. Le stress se cultive comme une distinction sociale. Les secousses continuelles n’épargnent aucune assise, aucune fondation, aucune substruction. Il n’est d’autre partage que le sentiment de déracinement. Toute chose s’aseptise jusqu’à l’anéantissement. Tout s’accélère, tout se désagrège dans la précipitation générale. Le vertige du vide, jeu de miroir des fuites en avant, produit et reproduit le vide la pensée. Le « no future » du mouvement punk s’intériorise collectivement au moment où il cesse d’être un cri de révolte générationnel. Djemilove pratique instinctivement la sentence baudrillardienne : « le réel n’est plus possible ». Edgar Morin constate, dans ce sillage, « la faible réalité de la réalité ». Les concepts libérateurs du totalitarisme rationnel ne nichent-ils pas dans les traverses créatives ? « Le transfert poétique de situation », cher à Jean Baudrillard, opère par synchronicité magique. L’espace et le temps fusionnent dans la saisine alchimique du moment. Le dialogue avec l’inoxydable impertinence baigne la photographie d’une ombre interpellative. La bête de scène, bouche voluptueuse, prunelles langoureuses, anticipe la pose, se transpose dans l’immortalisation de l’instant. Les deux patriarches, surpris par l’objectif, semblent émerger d’une plongée méditative. L’improbable amitié se réalise dans les fugacités convergentes.* © MS

    * Ce texte est sélectionné pour paraître dans un de nos numéros imprimés de 2018 | Dossier mineur | Muses contemporaines et/ou mondaines

Madonna : carrière en cul de sac ! People’tte

Au 57 ème Grammy Awards de la musique à Los Angeles, Madonna a amené son vieil instrument déjà éculé du temps des anciens Grecs ! DjemiLove

Requiem pour une clope. People’tte

Entre les doigts de Brando, une cibiche nommée Désir...

Au temps de sa splendeur, elle faisait un tabac ! Rien n’était trop beau pour elle ! Américaine, anglaise, égyptienne ou turque, la grande Lulu, reine du bastringue de Pigalle la coinçait dans sa lippe tout comme Audrey Hepburn la portait au bout de son fume cigarette. Dans les bars et hôtels étoilés, elle était l’étoile du ballet de la séduction. A Lemmy Caution, elle servait de caution pour la liturgie de la drague aux "pépées". " Avez vous du feu ?", "Voulez vous du feu ?", "Où ça ?", "Partout !". En 2014, on dit "feue la cigarette ", elle s’est éteinte sur le trottoir !

"Je ne suis pas noir, je suis O. J.!" :O. J. Simpson : Made in America (1/5) ARTE People’tte

O. J. Simpson : Made in America (1/5) sur ARTE

Vingt ans après le procès-fleuve d’O. J. Simpson et son acquittement spectaculaire, cette fresque documentaire magistrale met à nu le destin d’une star déchue qui a cristallisé les démons de l’Amérique, et en premier lieu la question raciale. Premier volet. 1. "Je ne suis pas noir, je suis O. J." En 1967, un jeune athlète noir affamé de gloire devient la star de l’université USC de Los Angeles grâce à sa capacité hors norme à percer les lignes ennemies sur un terrain de football américain. L’année suivante, trois ans après les émeutes du quartier de Watts, qui ont ravagé la ville et secoué l’Amérique, un nombre croissant de sportifs afro-américains mettent en danger leur carrière pour s’engager dans le combat en faveur des droits civiques. Mais ce prodige aux allures de gendre idéal s’en tient prudemment à distance, pour devenir le chouchou d’une Amérique blanche pourtant encore ouvertement raciste. "Je ne suis pas noir, je suis O. J.", résume-t-il. À la fin des années 1970, quand il prend une retraite précoce après plusieurs années de records au sein de l’équipe de Buffalo, O. J. Simpson, alias "The Juice", semble une parfaite incarnation du rêve américain. Devenu célébrissime, notamment grâce à des spots publicitaires pour les voitures de location Hertz qui ont décuplé sa renommée sportive, il entame une carrière de comédien et emménage à Brentwood, un quartier huppé de Los Angeles avec sa nouvelle compagne : une toute jeune femme blonde nommée Nicole Brown. Réalisation :Ezra Edelman sur ARTE

0 | 4 | 8 | 12 | 16 | 20 | 24 | 28 | 32 | ...

Lors du Gala officiel pré-Grammy, Rihanna porte une robe de satin de soie collection Couture Eté 2014 d’Alexandre Vauthier

Jimmy Nelson photographe

CARA DELEVINGNE à la mode

Lucas, footeux pacifique Lucas 18 ans et toutes ses dents ! Son quartier général : le stade Charléty . Footeux fanatique mais pacifique, il étudie le journalisme et sa plume va courir après le ballon. Son encre, il entend bien la verser sur tous les champs d’honneur du sport ! A STUDEC TV, on le prépare aussi au rôle de présentateur TV. Avec son jeans très James Dean et sa mine argentine, il crèvera l’écran et les cœurs !

Marie Laure de Decker

Marie Laure de Decker, oeil du demi siècle. Depuis 1972, Marie Laure parcourt la planète pour en fixer les évènements majeurs. Reporter-photographe de renom, collaboratrice de l’agence Gamma, elle parcourt le monde et témoigne en faveur des artistes. Conflits et rencontres au XXe siècle, rien n’a échappé à son objectif. Proche des artistes, elle a réalisé de très nombreux portraits : Gilles Deleuze, Pierre- Jean Jouve, Patrick Modiano, Gabriel Garcia-Marquez, Satyajit Ray, Marguerite Duras, Marguerite Yourcenar, Jacques Prévert, Orson Welles etc ...

Pascal Humbert

©Djemilove Nouvelle Affaire, 5 rue Debelleyme 75003 Paris +33 1 44 61 27 70 Victoire de Castellane